Chroniques d'une ville qu'on croît connaître

Texte Wael Kadour


Mise en scène Mohamad Al Rashi et Wael Kadour
avec Mohamad Al Rashi, Ramzi Choukair, Hanane El Dirani,
Amal Omran, Mouaiad Roumieh, Tamara Saade

 

Durée : 1h15

Spectacle conseillé à partir de 15 ans

Catégorie A

Spectacle en arabe syrien surtitré en français

DATES ET HORAIRES
mardi 24 mars 2020 à 20:30

Cette ville « qu'on croit connaître », c'est Damas. Si la Syrie n'est jamais explicitement nommée, elle est le personnage central de cette pièce écrite par le dramaturge syrien Wael Kadour, exilé en France depuis 2016, et montée avec Mohamad Al Rashi. Tout commence par une disparition.

 

Pendant l'été 2011, à l'aube d'une révolution, une jeune fille, Nour, met fin à ses jours. En prenant appui sur cette histoire réelle, et cette femme qu'il connaissait, Wael Kadour se lance dans une fiction qui tente de répondre à cette unique question : Pourquoi ? Pourquoi choisir de mourir au moment où s'annoncent, peut-être, de meilleurs lendemains ? Au milieu des parpaings, les six personnages de cette pièce - joués en arabe par des comédiens syriens et libanais - tentent de comprendre la disparition de Nour, en premier lieu Roula, celle qu'elle aimait.

 

La force de ce théâtre tient à une écriture dramatique puissante, qui explore les couches d'une société syrienne et la terrible emprise d'un régime. Bien au-delà d'un aspect documentaire, ce texte fait écho à des questions universelles : celle de la violence, des amours interdits, des moeurs ou de la religion. Au plateau, tous les acteurs sont présents en continu. L'auteur aussi, face à son ordinateur.