Bovary

THÉÂTRE

 

texte et mise en scène : Tiago Rodrigues
d'après le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert et le procès Flaubert
traduction française : Thomas Resendes
avec Mathieu Boisliveau, David Geselson, Grégoire Monsaingeon, Alma Palacios et Ruth Vega-Fernandez

 

théâtre d'Arles

 

Durée : 2h
Spectacle conseillé à partir de 14 ans
Catégorie A

 

DATES ET HORAIRES
mercredi 21 février 2018 à 20:30
jeudi 22 février 2018 à 19:30
Réserver en ligne
   
Télécharger le dossier de presse
   

Grand classique, s'il en est, de la littérature normande et internationale, Madame Bovary de Gustave Flaubert est aussi un classique portugais... Pour Tiago Rodrigues, il appartient à ces romans fondateurs découverts à l'adolescence.

Intéressé depuis toujours par le rapport de la littérature au théâtre, il a eu envie de l'adapter et a choisi pour cela un prisme particulier : celui du procès intenté en 1857 à Flaubert, pour outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes moeurs. C'est ainsi qu'il a écrit Bovary, une pièce étonnante et habile, qui « convoque » l'oeuvre sur scène et mêle trois niveaux de lecture : celui juridique de la langue des avocats, celui artistique du roman lui-même, abondamment cité, celui intime d'une lettre imaginaire de Flaubert à une maîtresse, composée à partir de la correspondance prolixe de l'écrivain.

Ce procès-théâtre virevoltant de feuilles de papier envolées inventé par Tiago Rodrigues est une superbe démonstration de la toute-puissance des textes et de leur force émancipatrice.

 

 

Spectacle créé le 11 avril 2016 au Théâtre de la Bastille
Production déléguée - Théâtre de la Bastille
En co-production avec le Teatro Nacional D. Maria II, l'EPCC Arts 276, le Centre dramatique national de Haute Normandie, la Comédie de Béthune - Centre dramatique national Hauts de France, Théâtre Garonne - scène européenne - Toulouse
Avec le soutien d'O Espaço do tempo (Montemor-O-Novo, Portugal), de l'Ambassade du Portugal en France - Centre culturel Camões à Paris et de la Fondation Calouste Gulbenkian.

 

Crédit photo © Pierre Grosbois